Mercredi soir 23 mai - 20h : Départ en car de Saint-Aignan de Grand Lieu.

Et c'est parti pour une longue nuit, dans le car Groussin dernier cri, avec, comme pilote, la jeune et sympathique Sandra qui nous fera voyager en toute sérénité.

 

Jeudi 24 mai - 11h : arrivée à Thüngersheim à la cave Geiger.

Accueil chaleureux, comme d'habitude, avec bière, vin de Franconie et aussi une spécialité chaude locale : la "Blaue Zipfel" , une saucisse blanche, cuisinée dans du vinaigre avec diverses épices. Très agréable. La traduction la plus approchante de "Zipfel" serait l'expression malicieuse des Chtis : "biloute".

 

 

Une camionnette ancienne, avec son alambic, était stationnée dans la cour pour nous permettre de déguster (et acheter) les alcools et liqueurs fabriqués à Thüngersheim.

 

 

 

 

La formation musicale Musikverein était bien présente, comme à chaque échange, pour accentuer l'ambiance et nous faire chanter l'hymne du village : "Musik und Wein - Mein Thüngersheim" . Pour continuer à le fredonner chez soi, voir le texte : http://www.musikverein-thuengersheim.de/Musik-und-Wein.pdf

ou pour le ré-écouter : https://vimeo.com/159615471

 

L'après-midi : chacun retrouvait sa famille d'accueil pour un partage plus personnel.

 

A 15h, une délégation de chaque Comité, en présence des maires était reçue à Gaden, le centre culturel et d'exposition renommé de Thüngersheim. Un partage d'idées pour imaginer d'autres formes d'échange :

- Jeunes : Mme Dausacker, la directrice du primaire, parle des échanges épistolaires entre les écoles françaises/allemandes avec explication par les parents. Pour la continuité CM2/6eme, ... utiliser les réseaux sociaux. Voir participation au Jumelage 2018 des enfants + parents des 2 communes. Trouver un projet festif pour nos enfants partis aux collèges de Bouaye/Karlstadt. Créer un mouvement d'échange à l'occasion de l'ouverture des Maisons des Jeunes (Saint- Aignan - 2018, Thüngersheim - 2019?).

- Musique : les déplacements des formations complètes sont trop complexes pendant l'échange ou à un autre moment de l'année. Des musiciens, en nombre plus réduit, pourraient participer à certains événements, par exemple lors du futur conte musical de St Aignan (création originale sur le thème du Lac).

- Europe : développement de l'Europe par les citoyens eux-mêmes : actuellement une étude est en cours à l'Université de Würzburg.

- Evènement : un projet est en réflexion pour renflouer l'avion allemand avec son pilote (Rudolph Wieprech), tombé, en 1943, dans le lac de Grand Lieu. Un spécialiste allemand, Dieter Schnabel, travaille actuellement en lien avec Jérôme Batard sur le sujet. Pour en savoir plus : http://giraudeau.pagesperso-orange.fr/page6.htm

 

 

Vendredi 25 mai : Parc de Steigerwald

Steigerwald :

Région vallonnée, recouverte de forêts, de champs et de vignobles dont la moitié fait partie de l'espace protégé d'un parc naturel. Elle est jalonnée de villages fondés au Moyen-âge avec de nombreux châteaux.
Les coteaux de la région sont réputés pour leurs vignobles franconiens (Müller-Thurgau/Sylvaner).

 

 

 

 

Le clou de la visite, c'est bien sûr le sentier panoramique, de plus de 1km, qui traverse ce parc classé, à travers une forêt de hêtres principalement. On se promène à 26m de hauteur, comme au-dessus d'une canopée ... pour aboutir à une tour qui monte en pente très douce à plus de 40m. Vue imprenable sur la région.

 

On reconnait-là l'ouverture d'esprit des allemands sur la vraie écologie qui, par ces constructions, permet aux visiteurs de contempler la nature et de s'informer sur les différentes essences de bois, espèces d'oiseaux, ....

A comparer à nos sinistres "écolos" nettement plus radicaux qui vont faire un procès pour le moindre petit platelage aignanais ou pour bien d'autres sujets dans des landes incultes....

Sans doute pour se réserver ces espaces pour eux-seuls et se passer de l'humain ...

 

 

 

Quelques infos : ouverture en mars 2016, tour et sentier : 1430 m3 bois et 260t d'acier, bois utilisé : mélèze/douglas, coût 8,7 M€ financé surtout par l'Etat de Bavière, durée de construction : 8 mois.

 

 

 

 

 

Vendredi 25 mai : abbaye d'Ebrach

 

Après une marche de quelques km, à partir du parc de Steigerwald vers le village de Ebrach ...

 

 

Déjeuner au restaurant KLOSTERBRAU

 

 

 

 

Cadre typique de ce restaurant dans l'ancien cloître de l'abbaye.

 

 

 

Un "Prosit" n'est jamais loin, avant, pendant le repas ou même après ...

 

 

 

 

 

 

 

Restauration franconniene : boulette de foie, escalope panée-asperges, ...

 

 

 

 

 

Abbaye-village de Ebrach :

 

En 1803, alors que l'abbaye est très active sous l’abbatiat d'Eugène, avec 51 moines et 10 frères convers, elle est sécularisée et ses biens transférés au royaume de Bavière. 7000 personnes travaillaient pour l'abbaye, dans 300 villages et 5000 hectares de forêt.

Toutes les possessions sont nationalisées, les collections artistiques et scientifiques envoyées à Würzburg, Bamberg, Munich et Wolfenbüttel. En particulier, les archives sont désormais à Würzburg. L'église devient paroissiale, intégrée en 1808 à l'archidiocèse de Bamberg.

En 1831, l'abbaye est envisagée comme établissement pour personnes handicapées mentales, mais reste vide. En 1840, le roi de Bavière Louis Ier cherche à faire revenir les cisterciens et propose même le don de 50 000 florins pour favoriser cette reprise, mais aucun monastère ne souhaite envoyer de moines. Finalement, en 1851, le royaume de Bavière en fait une prison, ce qu'elle est toujours, pour de jeunes délinquants sévères.

La présence de l'abbaye cistercienne a incité la commune d'Ebrach à se jumeler avec la commune française de Ville-sous-la-Ferté, où est située l'abbaye cistercienne de Clairvaux, la plus prolifique de tout l'ordre, et par ailleurs également transformée en centre de détention, la maison centrale de Clairvaux.

 

Visite commentée des différentes salles et aussi de l'église qui a la particularité d'être équipée de 3 orgues. Décor relooké en style baroque.

On a pu assister à un récital d'orgue qui avait été prévu par nos amis allemands..

 

Soirée en famille et "Stammtisch"

De notre côté, nous avons été invités dans une auberge typique (Gasthaus) dans le petit village de Uettingen.

En plus du côté sympathique, avec une cuisine 'comme à la maison', il y avait, à côté de nous, la fameuse table toujours réservée aux hôtes habituels du coin.

Cette table est étiquettée : "Stammtisch" où les clients habituels sont quasi toujours des hommes.

Le Stammtisch est une tablée traditionnelle dans les régions de langue allemande. Ce genre de réunion se fait généralement dans un coin réservé d'un bar ou d'un restaurant et permet aux habitués de se retrouver autour d'un repas ou d'une bière pour discuter et s'amuser. Traditionnellement, un écu ou symbole désigne la table qui est réservée pour un Stamm particulier.

Historiquement, l'appartenance à un Stamm est une marque de statut social : celui-ci n'est pas ouvert au tout-venant. Jusqu'à la seconde moitié du XXe siècle, dans bien des villages, il regroupait avant tout les notables locaux, du maire au médecin, en passant par l'instituteur du lieu. L'invitation d'un étranger à la table correspondait donc à une marque d'appréciation, à l'instar d'une invitation à un café littéraire ou politique.

Cet usage a tendu à se démocratiser et dépend désormais moins du statut des participants : il s'agit simplement pour des habitués de se retrouver entre amis, ou pour les membres d'une section locale d'un parti politique de se retrouver pour discuter des événements du moment.

 

 

Samedi 26 mai : Journée libre et soirée officielle

 

La matinée, nous étions nombreux à nous retrouver dans le village de Kitzingen pour la visite du Carnaval Museum. Un musée dédié aux différents carnavals d'Allemagne et d'ailleurs.

Que d'histoires de déguisements qui nous ramenaient, par instant, à nos Festifolies !

Fort intéressant ce musée qui est beaucoup plus grand qu'il n'y parait. Les traductions étaient assurées par nos hôtes : Suzanne et Edgar

Le midi, une pause déjeuner à Markbreit au Gasthaus : Michels Stern, en extérieur et à l'ombre car le soleil tapait fort.

 

 

 

Soirée officielle du jumelage :

 

de joyeuses tablées, multilingues, où tout le monde se comprenait facilement, avec les mains, les pieds, les sourires et un mélange créant un patois allemand-français-anglais.

Le buffet était très copieux et de qualité avec des desserts en grand nombre réalisés par les familles allemandes.

 

 

 

Bien entendu, la musique était au rendez-vous avez la chorale du Comité de Jumelage de Thüngersheim qui interprétait, en particulier, l'hymne de la commune : "Musik und Wein - Mein Thüngersheim". Côté français, on tentait, tant bien que mal, de les accompagner.

 

 

 

 

Les discours étaient aussi de la partie. Quelques passages :

Markus Höfling, maire de Thüngersheim réagissait à l'élection récente de Emmanuel Macron, un pro-européen :

"Mais pourquoi ça nous regarde ? L'amitié entre les gens de Saint-Aignan et Thüngersheim a évolué continuellement depuis vingt ans et a fait ses preuves. Nous échangeons nos connaissances, nous discutons - par moment, en parlant avec les mains et les pieds - nos expériences communes et parfois contraires, et nous avons gagné en respect et en compréhension l'un et l'autre, aussi bien pour nos mentalités que nos habitudes différentes. Nos relations amicales nous ont appris réceptivité et tolérance. Ainsi, nous prévenons deux origines de la violence et du crime que sont le préjugé et l'ignorance."

Et Jean-Claude Lemassson, maire de Saint-Aignan ajoutait :

"Ces bases de respect mutuel sont essentielles dans toute communauté, et témoignent d’un sens de l’empathie, présent dans tous les jumelages."

avec une citatation de Jean Bareth, premier Secrétaire Général du Conseil des Communes d’Europe :

« Le jumelage, c’est la rencontre de deux communes qui entendent s’associer pour agir dans une perspective européenne, pour confronter leurs problèmes et pour développer entre elles des liens d’amitié de plus en plus étroits ».

Et le discours commun des 2 comités, par Thomas et Elisabeth :

"Il y a les adhérents du premier jour, toujours fidèles et impliqués, heureux de vivre ces moments privilégiés ensemble, et les nouveaux qui nous rejoignent qui eux aussi sont animés de développer et perpétuer cette belle histoire entre communes et pays ...

C’est la raison  pour laquelle, nous nous invitons d’année en année,  partageons logement et table et montrons ce dont nous sommes fiers. Nous vous remercions tous pour votre ouverture d’esprit et pour votre volonté de construire un avenir européen."

 

A noter : la similitude de support des cadeaux entre les mairies et les comités. Pourtant, sans aucune concertation ...

 

 

 

La soirée dansante était animée par un disc-jokey ayant travaillé à Ouest-France Rennes pour installer l'une des plus grosses presse-rotatives du monde, par l'entreprise Koenig & Bauer (KBA) dont le siège social est à Würzburg. Cette entreprise a également le quasi monopole des machines à imprimer les billets de banque dans les différents pays.

 

 

 

 

 

 

Les jeunes des deux pays ont bien sympathisé. La relève se prépare ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et le dimanche matin ...

C'est déjà le moment des "Bis Bald" et des "Au revoir"